ET L’ESCLAVAGISTE WASHINGTON, ON EN PARLE ?

Mercredi 5 mai 2021

François Asselineau ✔ @UPR_Asselineau

[1] Certains dénoncent Napoléon pour avoir rétabli l’#esclavage dans les « îles à sucre » (où il n’avait pas disparu malgré le décret de la Convention).

Mais pourquoi ne se scandalisent-ils pas que 🇺🇸 célèbrent l’esclavagiste #Washington ?

[2] 🧐 George Washington était l’un des planteurs les plus riches de Virginie, grâce à son domaine de Mount Vernon où il vivait luxueusement (photo).

😳 Le père fondateur des 🇺🇸 y possédait environ 200 esclaves noirs, qu’il logeait misérablement dans des taudis (photo).

[3] Washington traitait ses esclaves si durement que certains d’entre eux prenaient parfois le risque énorme de s’enfuir de la plantation.

Le père fondateur du « pays de la liberté » les faisait alors rechercher par la presse en promettant une récompense à ceux qui les retrouveraient.

[4] Tel fut par exemple le cas de la jeune esclave Oney Judge

  • qui s’enfuit de la propriété de Washington de Mont-Vernon
  • et qui fit l’objet d’un avis de recherche avec récompense publié le 23 mai 1796 dans la « Pennsylvania Gazette ».

(Traduction dans les tweets suivants).

[5] 🔎 Traduction

ENFUIE de la maison du président des États-Unis, ONEY JUDGE, une fille légèrement mulâtre, avec beaucoup de taches de rousseur, aux yeux très noirs et aux cheveux noirs touffus. Elle est de taille moyenne, élancée et délicatement formée, et a environ 20 ans.

[6] Elle a beaucoup de bons vêtements de toutes sortes, mais on ne se les rappelle pas suffisamment pour pouvoir les décrire ici. Comme on ne soupçonnait pas son départ, et qu’elle n’avait fait aucune provocation en ce sens, il n’est pas facile de conjecturer où elle a pu aller.

[7] Ni de deviner son but. Mais comme elle peut tenter de s’échapper par la mer, tous les navires sont mis en garde de ne pas l’admettre à leur bord, bien qu’il soit probable qu’elle tentera de se faire passer pour une femme libre, ayant, dit-on, de quoi payer son passage.

[8] Dix dollars [Nota : 10 dollars de l’époque : 1796 !] seront versés à toute personne qui la ramènera chez elle, si elle est prise dans la ville, ou à bord de tout navire dans le port.


Photo : intérieur d’une case d’esclave reconstituée sur la propriété de George Washington

[9] Une somme supplémentaire raisonnable sera versée si elle est appréhendée et amenée d’une plus grande distance, et proportionnellement à la distance.

Signé FREDERICK KITT Intendant de Mont-Vernon 23 mai 1796

  • Fin de la traduction

[10] Les partisans français de la « cancel culture », dominés idéologiquement par 🇺🇸, s’acharnent à dénoncer Napoléon.

Mais ils ne disent jamais un mot contre Washington.

Pourtant, Napoléon, lui, n’a jamais possédé le moindre esclave et a plutôt eu le souci de libérer les peuples.

[11] Aux 🇺🇸, non seulement l’esclavagiste Washington est constamment célébré, mais son nom a été donné à la capitale fédérale, à un État de la côte Ouest, à des quantités de boulevards, institutions, etc.

Et son portrait orne le billet de 1 $ , qui est le plus diffusé au monde !

[12] Que diraient nos partisans « woke » français si la France, imitant les 🇺🇸, avaient décidé de :

  • rebaptiser Paris : « Napoléonville »
  • appeler la région Corse : « région Napoléon »
  • créer dans de nombreuses villes des quantités d’avenues, boulevards, places, instituts Napoléon ?

[13] Même si #Napoléon a créé la Banque de France, la France, quant à elle, n’a jamais émis de billet à l’effigie de l’empereur Napoléon Ier.

Un seul billet a été émis sur lui, de 1954 à 1960, mais il le fut avec son effigie de #Bonaparte, donc avant la création de l’empire.

[14 et FIN] Dans tout ce contexte, il est révélateur de voir @RokhayaDiallo, une des principales figures « woke » 🇫🇷, très anti-Napoléon, s’enorgueillir d’être nommée à… l’université 🇺🇸 Georgetown de Washington. Une université connue pour être l’un des viviers habituels de la CIA.