🙈CACHEZ CE PROBLÈME EUROPÉEN QUE JE NE SAURAI VOIR

Lundi 2 mai 2022

François Asselineau @UPR_Asselineau

[1] LFI et EELV sont parvenues à un accord électoral, après des heures de négociation dont le principal point de conflit portait sur la question de l’Union Européenne🇪🇺.

Mélenchon sait très bien que son programme est incompatible avec les traités de l’Union Européenne🇪🇺.

[2] Bayou le sait sûrement aussi.

Seulement voilà : LFI et EELV n’ont pas les mêmes électorats.

▪️Une partie des militants LFI, très politisés, lorgnent vers les analyses de l’UPR.

À commencer par Mélenchon lui-même qui lorgne tellement qu’il nous a même volé notre "UNION POPULAIRE"

[3]

▪️l’électorat de EELV, sans doute moins politisé et d’une naïveté confondante sur les questions européennes, ne lorgne pas du tout vers nos analyses et se refuse même à les connaître.

Il préfère se rassurer en pensant que quiconque remet en cause l’Union Européenne🇪🇺 ne peut être qu’un salaud

[4] Or Mélenchon est coincé.

D’un côté par sa promesse, maintes fois répétée, de ne sortir ni de l"Union Européenne🇪🇺 ni de l’€.

De l’autre côté par ses militants, instruits par les analyses de l’UPR, flairant une arnaque, qui exigent de Mélenchon qu’il prenne à tout le moins ses distances de l’Union Européenne🇪🇺 et de l’€.

[5] Pour résoudre ce dilemme insoluble, Mélenchon a opté depuis plusieurs années pour une solution macronienne, celle du "en même temps".

En 2017 de façon discrète, mais en 2022 de façon tonitruante, il explique ainsi à ses fidèles que l’on peut très bien « désobéir aux traités de l’Union Européenne🇪🇺 »

[6] Avec le culot d’acier qui le caractérise, Mélenchon affirme à ses militants qu’il serait possible de rester dans l’Union Européenne🇪🇺 tout en en piétinant les traités constitutifs.

Et ils le croient dur comme fer, d’autant qu’il cite tel "exemple" en Allemagne🇩🇪 ou au Danemark🇩🇰 qui le prouverait, ce qui est faux.

[7] Par ailleurs, Mélenchon se garde bien d’expliquer à ses électeurs, s’il était aussi facile de « désobéir aux traités » qu’il le dit, pourquoi aucun responsable politique ni en France ni ailleurs n’y a pensé avant lui, ni n’en a fait un slogan électoral.

[8] Faut-il rappeler pourquoi Tsipras, ami de Mélenchon et Premier ministre grec🇬🇷 « d’ultra-gauche » élu au pouvoir en 2015 en suscitant d’immenses espoirs chez les Grecs les plus modestes, se coucha bien vite devant les exigences de la « Troïka » (🇪🇺+BCE+FMI) ?

[9] ⚠️Mélenchon n’aime pas que l’on rappelle cet exemple grec.

Car cela le forcerait à expliquer à ses électeurs qu’il existe toute une série de procédures judiciaires et de moyens de pression, aussi discrets que puissants, pour faire revenir un pouvoir récalcitrant à l’ordre de l’Union Européenne🇪🇺.

[10] En réalité, s’il est sans doute possible d’obtenir -de haute lutte !- que la Commission européenne🇪🇺 cède sur tel ou tel dossier mineur où le gouvernement français aurait mis la pression maximale, il est totalement inimaginable qu’elle ou la BCE cèdent sur les exigences essentielles.

11] Quoi qu’il en soit, le problème auquel vient de se heurter Mélenchon, c’est que, à la différence de ses militants, ⚠️ceux des autres partis dits "de gauche" ne croient pas du tout qu’il soit possible de « désobéir aux traités européens🇪🇺 » et craignent d’y voir un Frexit qui les révulse.

[12] Telle est la raison pour laquelle les négociations ont achoppé si longtemps avec EELV et continuent d’achopper avec le PS.

EELV voulait bien faire liste commune avec LFI mais à la condition que la « désobéissance aux traités de l’Union Européenne🇪🇺 » soit expressément cachée du programme commun…

13] Au bout du compte, l’accord entre LFI et EELV a été conclu sur la base d’un festival d’hypocrisie et d’une déclaration qui aurait réjoui Molière.

Comme dans "Chacun sa vérité de Pirandello", personne n’est d’accord mais tout le monde a raison…

[14] Le compromis LFI-EELV sur la question décisive de l’Europe affirme :

⚠️« Pays fondateur de l’Union européenne [ce qui confond CEE créée en 1957 et UE en 1992], la France ne peut avoir pour politique ni la sortie de l’Union, ni sa désagrégation, ni la fin de la monnaie unique ».

[15] « Mais conformément aux souhaits de LFI, pour l’application du programme et dépasser certains blocages, il faudra être prêts à désobéir à certaines règles européennes (en particulier économiques et budgétaires) »

⚠️Donc PAS DE FREXIT et APPLICATION des GOPÉS.

[16] Ce compromis est une sinistre blague.

🚨 Car dans la mesure où il rejette la sortie de l’Union européenne🇪🇺 et de l’euro, il est hors de question de déroger aux règles économiques et budgétaires fixées par la Banque Centrale Européenne.

Mélenchon peut le dire.

Il ne pourrait pas le faire.

[17] Les deux formations ont d’ailleurs commenté ce compromis de façon contradictoire.

⚠️ Pour Bompard (LFI) :

« Pour appliquer le programme sur lequel on se met d’accord, il y a un certain nombre de règles qui peuvent être un verrou. »

Quel euphémisme !

[18 - FIN]

Mais pour Bayou (EELV) :

« Jamais nous ne mettrons le doigt dans l’engrenage d’une sortie de l’Europe (…) En revanche, c’est clair que le statu quo en Europe pose problèmes. »

⚠️ En bref, RIEN N’EST RÉGLÉ SUR L’ESSENTIEL et les macronistes vont pouvoir en profiter.

⚠️Jadot vient de dénoncer implicitement l’accord conclu entre LFI et EELV représenté par Bayou.

Il se peut que EELV se fracture comme le PS sur cette question décidément centrale de l’Union européenne.