🚨NOUVEAU CRI D’ALARME DU GOUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE

Mercredi 11 mai 2022

François Asselineau @UPR_Asselineau

[1] Je connais bien François Villeroy.

Il est le modèle même du haut fonctionnaire français, très intelligent, apolitique, connaissant parfaitement ses dossiers, et s’exprimant très peu en public.

Sa parole publique est rare, comme doit l’être celle d’un banquier central.

Il doit donc être pris très au sérieux quand il s’exprime.

A fortiori s’il lance le même cri d’alarme que celui poussé il y a 4 mois, auquel le gouvernement n’avait pas réagi :

Derrière les euphémismes polis, que dit-il en substance ?

  • que la gestion de Macron et Le Maire depuis 5 ans a fait exploser la dette publique d’une façon très grave
  • que des risques financiers énormes pèsent désormais sur la France si les taux d’intérêt remontent

- que justement les taux d’intérêt ont commencé à remonter et que cette évolution va se poursuivre

- que chaque hausse de 1% des taux d’intérêt occasionne, au bout de 10 ans, un surcoût budgétaire de 40 milliards d’euros par an pour assurer le service de cette dette énorme⤵️

- que ce surcoût annuel de frais financiers de +40 Mds€ occasionnés par la remontée de +1% des taux d’intérêt équivaut au budget annuel du ministère des Armées (dont le budget 2022 s’établit en effet à 40,9 Mds€ hors pensions aux militaires retraités).

Le Gouverneur de la Banque de France fait aussi partie du Conseil des gouverneurs de la BCE par sa fonction.

Il prévient que les taux d’intérêt sur € vont nécessairement remonter puisque les traités de l’Union Européenne🇪🇺 fixent aux dirigeants de la BCE le mandat prioritaire de stabilité des prix.

Avec l’ironie du désespoir, Villeroy regrette que « la question de l’endettement public a été loin de dominer la campagne présidentielle française » et qu’il « pourrait en être de même pour les législatives ».

⚠️Façon de dire que la classe politique est totalement irresponsable.

En conclusion, le Gouverneur de la Banque de France insiste sur l’urgence de ramener la dette publique sous 100% du PIB d’ici dix ans.

⚠️ Il préconise pour cela une moindre augmentation des dépenses en volumes, à +0,5%/an contre plus de +1% au cours de la décennie précédente.

En langage grand public, les préconisations de Villeroy signifient une rigueur budgétaire bien supérieure à tout ce que nous avons vécu depuis 10 ans.

À moins que Macron ne veuille désendetter la France en accélérant la vente de tout notre patrimoine national aux États Unis🇺🇸.