⚠️SPECTACULAIRE VIRAGE À 180° DU NEW YORK TIMES SUR L’UKRAINE

Samedi 21 mai 2022

François Asselineau @UPR_Asselineau

Dans son numéro du 19 mai, le plus célèbre journal américain🇺🇸 publie un éditorial de son comité de rédaction dont le titre surprend :

« La guerre en Ukraine se complique et l’Amérique n’est pas prête »

nytimes.com/2022/05/19/opi

Cet article opère un tel virage à 180° par rapport aux allégations des Etats Unis🇺🇸 et de l’Union Européenne🇪🇺 que le NYT précise prudemment que le comité de rédaction est « un groupe de journalistes d’opinion dont les opinions sont éclairées par l’expertise, la recherche, le débat et certaines valeurs de longue date »

Cet éditorial comporte en effet des analyses de pur bon sens, qui tranchent avec la présentation trompeuse, manichéenne et hystérique du conflit avec la Russie, telle qu’elle a été imposée par tous les médias mainstream du monde occidental.

⚠️Pour la 1re fois, un très grand média américain🇺🇸 condamne les rodomontades guerrières des Etats Unis🇺🇸 et de l’Union Européenne🇪🇺 et annonce qu’« une VICTOIRE MILITAIRE DÉCISIVE DE L’UKRAINE sur la Russie, dans laquelle l’Ukraine🇺🇦 récupère tout le territoire dont la Russie🇷🇺 s’est emparée depuis 2014, N’EST PAS UN OBJECTIF RÉALISTE. »

Le NYT explique ensuite qu’« au bout du compte, ce seront les Ukrainiens qui devront prendre »… les « décisions territoriales douloureuses qui seront nécessaires à tout compromis »

⚠️Autrement dit, les États Unis🇺🇸 doivent pousser Kiev à reconnaître la souveraineté russes🇷🇺 sur Crimée et Donbass !

https://twitter.com/UPR_Asselineau/...

Le plus important journal des États Unis🇺🇸 conclut sans ambages que

⚠️« Biden doit dire clairement à Zelensky et à son peuple qu’il y a une limite au-delà de laquelle les Etats Unis🇺🇸 et l’OTAN n’iront pas dans leur confrontation avec la Russie, des limites en armes, en argent et en soutien politique. »

Il ne s’agit certes pas de déclarations de membres du gouvernement ou de l’administration américaine🇺🇸.

Mais il s’agit quand même de l’un des 2 plus grands journaux (avec Washington Times) des élites américaines🇺🇸.

Comme l’a montré l’histoire des États Unis🇺🇸, un tel changement de ligne éditoriale du NYT est annonciateur.

La pensée des Etats Unis🇺🇸 étant un mélange détonnant de messianisme, de volonté hégémonique et de pragmatisme cynique, on a souvent vu les États Unis🇺🇸

  • s’embarquer dans des conflits militaires grandioses et ruineux
  • afficher leur volonté inflexible
  • jusqu’au jour où…ils laissent tout tomber !

À la différence des "happy end" des films hollywoodiens où les États Unis🇺🇸 finissent toujours par triompher des Méchants, la vraie vie enseigne que les États Unis🇺🇸 sont au contraire très généralement battus, et qu’ils peuvent lâcher alors leurs alliés sans aucun scrupule.

Il suffit de citer Cuba, Vietnam, Cambodge, Laos, Iran, Irak, Syrie, Afghanistan, etc. pour s’en convaincre.

Zelensky et ses soutiens devraient faire très attention à l’éditorial du NYT : lorsque les élites américaines🇺🇸 se seront lassées, elles les laisseront tomber et traiteront avec Poutine.

Cette mise en garde vaut aussi pour les dirigeants de l’Union Européenne🇪🇺 et pour la classe politique, industrielle et médiatique française🇫🇷.

Qu’ils se rappellent ce qui est arrivé encore récemment en Afghanistan, où les États Unis🇺🇸 ont soudain traité avec les Talibans et déguerpi du pays en plantant leurs alliés !

Il risque donc fort d’arriver un jour où, prenant ses alliés européens par traîtrise, Washington annonce une rencontre surprise entre les États Unis🇺🇸 et la Russie🇷🇺, par exemple de Blinken et Lavrov, où les grandes lignes d’un règlement de paix russo🇷🇺 ukrainien🇺🇦 OTAN États Unis🇺🇸 auront été trouvées.

Ce serait bien dans la manière des États Unis🇺🇸.

On pourrait alors apprendre, par exemple, qu’en échange d’un démembrement partiel de l’Ukraine et de la reconnaissance des États unis🇺🇸 de l’annexion par la Russie🇷🇺 de la Crimée, du Donbass et d’autres régions ukrainiennes🇺🇦, les États Unis🇺🇸 se voient offrir un accès privilégié au marché et aux matières premières russes…

Les dindons de cette triste farce seraient les génies de la Commission Européenne🇪🇺 et notre "Mozart de la finance".

Ils découvriraient qu’ils ont été, une fois encore, joués par Washington.

⚠️De tels désastres sont inévitables dès lors que l’on se soumet aux États Unis🇺🇸 via l’Union Européenne🇪🇺 et l’OTAN.