⚠️L’AFFAIRE UBER RELÈVE DU CODE PÉNAL

Mercredi 13 juillet 2022

François Asselineau @UPR_Asselineau

Macron et sa clique veulent réduire l’affaire #UberFiles à des questions anodines

- un ministre peut-il recevoir des chefs d’entreprise privée ?

- l’activité Uber est-elle utile ?

⚠️OR LE PROBLÈME EST AILLEURS : Y A-T-IL EU TRAFIC D’INFLUENCE ?

⚠️La presse insinue que Macron aurait monnayé son soutien au développement de Uber en France🇫🇷 contre de l’argent, notamment pour financer son parti politique LREM.

Si c’est exact, Macron se serait livré à du « trafic d’influence » puni par 5 ans de prison et au moins 500 000 € d’amende

C’est ce que pose l’article 433-2 du Code Pénal, dont le texte joint au tweet précédent se poursuit de cette façon qui correspond exactement à ce qu’aurait fait Macron ⤵️.