L’ÉTERNELLE FUITE EN AVANT

Lundi 29 août 2022

François Asselineau @UPR_Asselineau

Dans un discours à l’université Charles de Prague en Tchéquie🇨🇿 ce 29/8, le chancelier allemand🇩🇪 Scholz a fait part de sa « vision » de l’avenir de l’Union Européenne🇪🇺

▪️un système commun de défense aérienne pour l’Union Européenne🇪🇺

▪️un Quartier général de l’Union Européenne🇪🇺 pour toutes les armées

▪️l’entrée dans l’Union Européenne🇪🇺 de 9 États supplémentaires :

🇲🇪 Montenegro 🇦🇱 Albanie 🇲🇰 Macédoine du Nord 🇷🇸 Serbie 🇽🇰 Kosovo 🇧🇦 Bosnie-Herzégovine 🇺🇦 Ukraine 🇲🇩 Moldavie 🇬🇪 Géorgie

➡️ L’Union européenne passerait ainsi de 27 à 36 États membres…

▪️l’abandon progressif du droit de veto des États.

Scholz veut des décisions à la majorité dans la politique étrangère de l’Union Européenne🇪🇺 puis dans d’autres domaines (politique fiscale..)

🚨Une Union Européenne🇪🇺 à 37(où les pays de l’Est seraient majoritaires) pourrait imposer aux Français une guerre contre la Russie🇷🇺

Le discours de Scholz du 29 août 2022 s’inscrit dans la lignée innombrable de dizaines de milliers de « Discours sur l’avenir de l’Europe » prononcés par des centaines de dirigeants politiques européistes depuis 1950.

Ils reposent tous sur les mêmes procédés manipulatoires :

▪️ce dont des exercices rhétoriques à vocation de politique intérieure et sans aucune conséquence concrète.

Jamais le dirigeant qui lance ses propositions devant les médias ne vérifie préalablement que TOUS ses « partenaires européens » sont d’accord.

Or au moins une dizaine des plus petits États de l’Union Européenne🇪🇺 refuseront toujours d’abandonner le vote à l’unanimité.

Car même la majorité qualifiée (exemple : 2/3 des États et 4/5 des populations) ne suffirait pas à les protéger de décisions nuisant à leurs intérêts essentiels.

Le Luxembourg, Chypre ou Malte refuseront par exemple l’abandon de l’unanimité sur les sujets bancaires ou fiscaux, ou sur ce qui touche aux transactions financières, tellement il est vital pour eux de protéger leurs atouts.

De même Hongrie ou Grèce sur la politique étrangère.

Le discours de Scholz a néanmoins pour intérêt de confirmer que les européistes, aux abois, ne savent que ressasser qu’il faut « Plus d’Europe ».

Blocages et échecs de l’Union Européenne🇪🇺 se sont continuellement aggravés, de 6 États à 9, puis 10, 12, 15, 25, 27 ?

ESSAYONS DONC 36 !

C’EST DÉLIRANT.