🇮🇹 LE MANQUE DE TRAITEMENT POUR D’AUTRES MALADIES A ACCRU LES DÉCÈS NON DUS AU COVID

Jeudi 2 septembre 2021

François Asselineau ✔ @UPR_Asselineau

Il Messagero🗞révèle une étude de l’Université de Pavie sur l’impact de l’arrêt des soins hospitaliers, des consultations non urgentes et des dépistages à cause du #COVID19

https://www.ilmessaggero.it/AMP/salute/cure_non_covid_morti_malattie_cosa_succede_studio_pavia_news-6162080.html

⚠️Selon cette étude :

57 % des 106 600 décès excédentaires enregistrés en Italie en 2020 NE SONT PAS IMPUTABLES à la pandémie de #COVID19 mais à l’interruption des dépistages et des soins hospitaliers pour d’autres maladies.

Interruption due au manque de lits dans les hôpitaux italiens🇮🇹.

À cause de ce manque de lits, il y a eu

▪️1,3 million d’hospitalisations en moins en Italie🇮🇹 en 2020 qu’en 2019 (-17%), se répartissant en

▪️747 011 hospitalisations programmées en moins (dont 620 000 opérations chirurgicales en moins)

▪️554 133 hospitalisations d’urgence en moins.

Une autre enquête italienne🇮🇹, menée par Anaao-Assomed, a mis à jour une corrélation statistique :

⚠️+ le nombre de lits d’hôpitaux baisse et + le nombre de morts #COVID19 augmente.

De janv.à août 2020

1 lit en moins/1000 habitants

s’est traduit par +2% de morts Covid

https://www.quotidianosanita.it/m/studi-e-analisi/articolo.php

Cette corrélation explique une partie des différences de mortalité Covid entre les pays européens :

Italie🇮🇹, avec 3,1 lits/1000 hab, a enregistré une mortalité de +17% en 2020

Allemagne🇩🇪, avec 8 lits/1000 hab, n’a quasiment pas enregistré de hausse de la mortalité en 2020.

Cette enquête révèle aussi que le nombre de lits/1000hab est un facteur plus déterminant de la mortalité Covid que d’autres facteurs souvent évoqués, comme l’âge moyen de la population.

🤬 Le scandale vient du fait que l’Italie🇮🇹 comptait 10,7 lits/1000hab en 1976 contre 3,1 en 2020.

Selon l’enquête, si l’Italie🇮🇹 avait conservé le même ratio de lits/1000 hab. qu’en 1976 :

▪️ 20 000 vies auraient pu être sauvées sur le surcroît de 106600 morts constatés en 2020

▪️soit 8000 décès Covid en moins si ces décès n’étaient « que » de 45738 comme suggéré par Université de Pavie

En illustration, l’enquête Anaao-Assomed publie un graphique indiquant, pour chaque pays européen :

▪️le nombre lits/1000 hab, en abscisses

▪️la hausse de la mortalité de janvier à octobre 2020, en ordonnées

Ce nuage de points fait apparaître la régression linéaire évoquée supra.

CONCLUSION

En France🇫🇷 comme en Italie🇮🇹, la réduction drastique du nombre de lits d’hospitalisation depuis 30 ans a provoqué une hausse très significative de la mortalité en 2020.

⚠️ Plus de la moitié des morts surnuméraires de 2020 ne sont pas dus au Covid mais à ces coupes sombres.

Rappelons qu’en France🇫🇷 et en Italie🇮🇹, les réductions colossales des capacités d’accueil hospitalier ne sont pas tombées du ciel.

🚨 Elles ont été la conséquence fatale des restrictions budgétaires constantes imposées aux pays du sud par la BCE et la Commission de l’union européenne🇪🇺 pour assurer la survie de l’euro.